DISTRICT GRIFFIN, Griffintown Montreal, le quartier Canadien en ébullition!

District Griffin nommé le quartier Québécois le plus prometteur du Canada.

http://enroute.aircanada.com/fr/articles/premiers-quartiers-montreal

Peuplé au début du XIXe par les immigrants irlandais qui ont bâti les canaux et ponts de Montréal, Griffintown doit son nom à Mary Griffin, qui avait, dit-on, volé les titres de propriété de ce lot. Quand la voie maritime du Saint-Laurent est devenue la porte d’entrée de la ville, Griffintown a été classé zone industrielle et s’est dépeuplé jusqu’à un creux de 810 habitants en 1971. Mais le quartier a repris son élan, grâce à de nouveaux condos, à un afflux de repaires de gourmets et à la Semaine de mode de Montréal, indices certains de sa « branchitude ». Appelons ça la chance des irlandais.

La revue EnRoute vient de nommer le Griffintown de Montréal comme étant un des quartiers les plus prometteurs. Ce dernier a un passé un peu ambigu mais ce parc industriel est maintenant devenu une place où les restaurants et boutiques les plus parlés ainsi que des résidents veulent s’installer. Laura Osborne de En Route a eu une discussion avec Sonali Karnick.

« Le quartier de l’heure à Montréal est celui de Griffintown, sans conteste. Soit au sud du centre-ville et à l’ouest de l’autoroute Bonaventure, en bordure du canal Lachine. «Ce qui se passe actuellement dans Griffintown, c’est du jamais vu dans l’histoire du développement de Montréal, a déclaré récemment M. Dorais, maire de l’arrondissement, devant la chambre de commerce et d’industrie du Sud-Ouest. C’est une transformation radicale d’un territoire qui est immense, et dont l’attractivité est phénoménale»

http://affaires.lapresse.ca/economie/immobilier/201011/11/01-4341490-griffintown-un-boom-immobilier-jamais-vu-a-montreal.php

District Griffin

Griffintown est plus connu du grand public aujourd’hui en raison du vaste projet de l’entreprise Devimco qui est l’instigateur de la revitalisation et le plus grand promoteur immobilier de Griffintown. Devimco présente un concept d’habitation novateur intégrant des commerces, des bureaux, de l’hôtellerie et de la restauration. Devimco en collaboration avec l’agence immobilière McGill immobilier vient de lancer la 4e phase du projet District Griffin plus rapidement que prévu, vu un rythme de vente accéléré soutenu par une forte demande. Visitez le plus grand bureau des ventes au Canada à l’angle des rues Peel et Wellington.

 

District Griffin: à peine 5% d’investisseurs

Lundi, le 1er octobre 2012

Serge Goulet, le président de Devimco, est le premier surpris: le projet District Griffin attire très peu d’investisseurs. Ce méga complexe, dont la construction progresse à vive allure, comptera à terme entre 1800 et 2000 condos dans Griffintown. Or, à peine 5% des acheteurs des trois premières phases sont des investisseurs, a indiqué M. Goulet en entrevue cet après-midi. “C’est surprenant, considérant tout le battage médiatique qu’il y a eu autour de Griffintown”, a-t-il dit. Devimco demande noir sur blanc à ses acheteurs s’ils comptent occuper le condo une fois la construction terminée. Le questionnaire révèle que 95% seront des propriétaires-occupants dans ce projet. Selon certaines sources, environ 15% des acheteurs de condos neufs seraient des investisseurs à Montréal, beaucoup moins qu’à Toronto et Vancouver. Une donnée impossible à vérifier, puisqu’aucune statistique fiable n’existe sur le sujet. Quoi qu’il en soit, Devimco se dit très satisfaite des ventes obtenues à ce jour au District Griffin. Le groupe a même devancé de quelques mois le lancement de la phase 4, qui s’est tenu samedi dernier. « Quelques centaines de personnes s’y sont rendues, et plus de 40 condos ont été vendus », a indiqué Serge Goulet. La première phase du projet (188 condos) est vendue à 90%, la 2e (114 condos) à 70% et la 3e (135 condos) à 40%, a souligné le promoteur. Serge Goulet dit surveiller de très près les signes de ralentissement du marché, mais il souligne que la demande demeure soutenue. Les prix pratiqués au District Griffin –environ 385$ du pied carré avant les taxes– lui permettent de se démarquer des autres autour du Centre Bell, selon lui. Ces tours luxueuses exigent plutôt entre 500$ et 600$.

http://blogues.lapresse.ca/lapresseaffaires/immobilier/2012/10/01/district-griffin-a-peine-5-dinvestisseurs/

http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201210/19/01-4584921-griffintown-plus-vert-mais-sans-ecole.php

Griffintown plus vert

Le secteur Griffintown.

Montréal a enfin un plan pour encadrer la mise en valeur de Griffintown. Le projet de Programme particulier d’urbanisme (PPU) du quartier voisin du centre-ville a été dévoilé jeudi.

Nouveaux espaces publics, conservation du patrimoine, liens unissant le quartier, investissements de 100 millions, le plan répond aux principales critiques sur la construction immobilière débridée du secteur. Par contre, aucun terrain n’a été réservé pour une école. Le projet de PPU sera étudié en consultation publique au début de l’an prochain.

> 6 parcs et places

Six nouveaux espaces publics, des parcs ou des places, sont prévus, la plupart de part et d’autre de la rue Ottawa.

> 93 millions de dollas

Des investissements de 93 millions sur quatre ans sont prévus, notamment pour l’achat de nouveaux terrains pour le domaine public. En tout, 47 actions sont énumérées par le PPU, d’allées piétonnes à l’ouverture de nouvelles rues.

> 8000 logements

Il y a 1500 unités d’habitation dans Griffintown. Quelque 8000 autres sont prévues, dont 4700 sont déjà approuvées. La superficie des commerces devrait passer de 30 000 à 180 000 m2.

> Écoles

Aucun terrain n’a été prévu pour des écoles, mais «des commissions scolaires et des écoles privées» sont intéressées, selon Michael Appelbaum, président du comité exécutif de la Ville.

> Écurie

Le paddock de l’écurie Horse Palace, plus ancienne écurie urbaine du continent (1862), sera acquis pour être transformé en «espace vert commémoratif», un projet annoncé à la fin de l’été après des rumeurs de démolition. La sauvegarde de l’écurie est déjà assurée.

> Corridor culturel

Un «corridor culturel» sera aménagé dans les rues William et Ottawa. La hauteur des immeubles est revue à la baisse dans le nord du secteur.

> Promenade

L’ancienne rue Lower Lachine ressuscitera par l’aménagement en partie piétonnier de la promenade Smith, pour relier Griffintown et le Vieux-Montréal en passant sous la voie ferrée, selon les plans du lauréat d’un concours d’architecture tenu le printemps dernier.

http://voir.ca/voir-la-vie/art-de-vivre/2012/09/20/griffintown-griffintown-en-cinq-temps/

Griffintown Griffintown en cinq temps

20 septembre 2012

(….) Parce que tout le monde semble vouloir y déménager ses pénates, Voir propose un tour guidé du quartier Griffintown (…)

Situé dans le sud-ouest de Montréal, Griffintown est bordé par le canal de Lachine et la rue Notre-Dame, à quelques encablures du Vieux-Montréal et du centre-ville. Les condos y poussent comme des champignons. Mais avant de devenir le nouveau secteur hip, Le Griff était un quartier ouvrier et industriel.

«Ça a été la première banlieue de Montréal. C’est aussi là qu’on a fait le premier quadrillage de rues planifié en Amérique du Nord», raconte le porte-parole du Comité pour le sain redéveloppement de Griffintown, Jeffrey Dungen. Au 19e siècle, plusieurs Irlandais sans le sou, qui participaient à la construction du canal de Lachine et du pont Victoria y habitaient. «C’est devenu le berceau de la révolution industrielle du Canada à cause du canal de Lachine.»

La résurrection

Griffintown est devenu un buzzword

Le secteur a commencé à se redynamiser au tournant des années 2000 grâce à la réouverture du canal de Lachine à la navigation de plaisance, aux projets municipaux du faubourg des Récollets et de la Cité du multimédia, et à l’arrivée de l’École de technologie supérieure dans la Brasserie Dow-O’Keefe.

Puis, il y a eu un premier projet de condos. «Le promoteur immobilier Devimco a soumis un projet à la Ville, qui a décidé de faire un plan particulier d’urbanisme (PPU)», expose le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais. Le secteur a donc été dézoné, question d’en augmenter la portion résidentielle, tout en permettant plus de hauteur et de densité. «Ça a créé un engouement et éveillé la conscience des autres entrepreneurs immobiliers. Il y a eu un effet d’entraînement.» (…)

Outre sa réputation trendy et son positionnement stratégique, c’est surtout le côté historique de Griffintown qui charme. «Et il faut mettre cette histoire en valeur, affirme Jeffrey Dungen. La plupart des résidents sont très contents que le quartier soit devenu populaire. Le fait que de plus en plus de monde en parle permet d’en faire connaître l’histoire.» (…)

http://voir.ca/voir-la-vie/art-de-vivre/2012/10/18/griffintown-en-cinq-temps-2/

(…) «Ce n’est pas tout le monde qui était d’accord avec la construction de tours à condos dans Griffintown. Mais personnellement, je considère que ça prend de la vie dans le quartier, et donc de l’habitat. Et créer la ville, ça nécessite une certaine densité. Ça ne se construit pas comme une banlieue», affirme Paul-Émile Rioux, qui habite Le Griff depuis 25 ans. Connaissant très bien le secteur, l’artiste et photographe indique quelques adresses intéressantes parmi les (très!) nombreux projets immobiliers. (…)

District Griffin

Piloté par la société de développement immobilier Devimco, District Griffin est un projet multiphase, dont la quatrième vient tout juste d’être lancée. «Comme c’est le promoteur Devimco qui a fait changer la majorité du zonage de Griffintown pour le revitaliser, il a mis la main sur de belles zones de verdure et sur des terrains au bord de l’eau», souligne Patrice Groleau, propriétaire de l’agence McGill immobilier, chargée de la vente du projet.

Dans un urbanisme basé sur la réalité d’aujourd’hui, Devimco a l’habitude d’asseoir ses tours résidentielles sur deux étages à vocation commerciale, où se retrouvent les principaux services de base (pharmacie, épicerie, etc.). Vendus à partir de 385$ le pied carré, les condos sont offerts en plusieurs modèles et configurations, dont des unités comprenant trois chambres à coucher et un bureau.

(…) «Il n’existe plus beaucoup de location sur le territoire où s’érige Griffintown. En fait, il n’y a jamais eu beaucoup d’habitations puisque c’était un quartier ouvrier. Et dans le nouveau bâti, il ne se construit à peu près pas de locatif. Comme c’est le cas un peu partout à Montréal présentement», explique l’artiste Paul-Émile Rioux, propriétaire d’un immeuble dans Griffintown abritant son domicile, son atelier et quelques logements. «C’est possible de louer dans le quartier, mais c’est plutôt difficile à trouver. Actuellement, le plus grand parc locatif de Griffintown, ce sont les résidences étudiantes de l’École de technologie supérieure.»

Paul-Émile Rioux n’hésite jamais à recommander Griffintown à quiconque songe y faire son nid. «C’est vraiment un quartier tout à fait le fun qui est en train de naître.» (…)



Laisser une réponse


Title X