Le Prestige de retour dans le Vieux-Montréal – Immobilier Vieux-Montréal

Entrevue de Mickael Chaput, courtier immobilier pour l’agence immobilière McGill immobilier Condo Montréal

(GOOGLE TRANSLATE)

Graham Lanktree

MONTRÉAL- spécial du Globe and Mail

Les rues pavées de 350 ans du Vieux-Montréal sont toujours bon pour une promenade romantique, mais ces jours-ci qu’ils détiennent certains des plus chauds du Canada des occasions commerciales et immobilières.

Après avoir langui pendant des décennies derrière arraisonné des fenêtres, des dizaines de centenaires de la région des bâtiments se transforment.

Une fois de plus les gens affluent dans la région comme les anciennes structures commerciales sont donné une nouvelle vie comme la construction de condominiums. « Au cours des 10 dernières années, le nombre de gens qui y vivent est passé de 5.000 à 50.000», explique Mickael Chaput, un courtier à l’Université McGill Immobilier, qui représente plusieurs propriétés dans la région.

Qu’est-ce qui est à venir est encore plus remarquable. Nouveaux publics et privés des projets de construction et des infrastructures promettent de considérablement augmenter le profil de l’arrondissement – et les valeurs de propriété – dans la prochaine décennie.

Marcher dans les rues de la vieille quartier des banques, cependant, il devient évident de tous les vendre A ou A LOUER signes platelage en filigrane les façades du 19e siècle pour vente ou la location que le marché des immeubles de bureaux est à la traîne – mais pas pour longtemps.

«En moyenne, en 2012, nous allons voir les prix pour l’espace de bureau croissantes ici par 1 $ à 2 $ le pied carré», a déclaré M. Chaput, ajoutant que la propriété dans le Vieux-Montréal a été la vente d’entre 350 $ à 650 $ le pied carré en fonction de son état et l’emplacement. «Les propriétaires commencent enfin à obtenir la demande pour leurs propriétés et ils veulent moderniser ce qu’ils ont ou de vendre. »

Premier gratte-ciel de la ville, le bâtiment de grès rouge 1887 New York Life au 511, Place d’Armes, a eu son hall éviscéré et le reste de l’immeuble refait à neuf. « Maintenant, ça devient mois après mois réservé », dit M. Chaput, ce qui signifie l’élégant bâtiment de huit étages avec sa tour de l’horloge distinctif est une fois de plus le remplissage avec les locataires.

Juste à côté, à la Aldred gris, le 1931 art déco calcaire qui imite le gothique Notre-Dame à travers la rue, Michel Bensmihen, l’agent en charge du crédit-bail, est heureux de refonte 60 millions de dollars de la ville de la place centrale d’Armes . M. Bensmihen dit la place rafraîchie en face de l’immeuble, contribueront à renforcer son statut.

« Nous commençons à voir des entreprises quitter leur espace de bureau au centre-ville et en donnant le Vieux-Montréal un essai», observe Andrew Maravita, directeur général de Colliers International pour la région de Montréal. « Les vieux bâtiments qui ont été converties en style loft espace ont une très belle se sentent à eux qui fait appel à des entreprises technologiques et de connaissances et de leurs employés», at-il ajouté. « Il est accessible et vous avez raison par le front de mer, donc c’est un endroit agréable pour travailler. »

L’an dernier, AbitibiBowater Inc déménagé son siège social du centre-ville de 50.000 pieds carrés d’espace sur le bord du Vieux-Montréal. Et dernièrement, M. Chaput dit, les cabinets d’avocats du centre-ville avec le siège social est à la recherche de déménager là aussi. « Ils ont été me demander de leur trouver un espace dans le Vieux-Montréal, » dit-il, «car il devient très prestigieux d’avoir votre bureau là-bas. »

Nouveaux projets de construction municipaux et privés déjà en cours ne servira qu’à augmenter ce cachet. Pour le sud, sur le front de mer, un plan de 180 millions de dollars pour améliorer les terres fédérales du Vieux-Port sera en place d’une plage urbaine, de convertir un ancien entrepôt en un centre international d’exposition et se développer et d’améliorer les espaces verts.

A l’ouest, dans le cadre de la plus 175 millions de dollars Montréal 2025 le plan, la ville est de modifier l’infrastructure de l’autoroute Bonaventure a soulevé, qui relie l’île de Montréal à la Rive-Sud de la ville. « Nous allons à la partie inférieure de l’autoroute au niveau du sol et de diviser les voies nord et sud dans les rues», explique M. Richard Deschamps, vice-président du comité exécutif de la ville pour le développement économique et l’infrastructure.

Déjà sur la bonne voie d’achèvement en 2014, « le plan intégrera le quartier Griffintown résidentiel, Vieux-Montréal et du centre-ville,« M. Deschamps dit, ajoutant que cette approche conviviale pour les piétons permettra de consolider et de renouveler le potentiel économique de la région. Juste un couple de rues plus au nord de Place d’Armes, la construction de la 2 milliards de dollars superhôpital du CHUM est également en cours d’achèvement en 2019.

Néanmoins, en dépit de toute cette activité, il ya une disparité dans la qualité de l’espace de bureau disponible. Certains propriétaires d’immeubles de longue date n’ont pas investi de l’argent en tournant autour de leurs actifs et sont assis sur les propriétés telles qu’elles étaient plus de 20 ans.

Le premier siège de la Banque Royale au 221 Saint-Jacques Ouest est restée vide depuis les années 1980 avant d’être ramassés pour un nouveau 43-condo de développement doit ouvrir ses portes en 2013, M. Chaput dit.

«Avec le taux d’inoccupation relativement faible à 5,6 pour cent, il ya une bonne demande pour les espaces de bureaux dans le Vieux-Montréal,« M. Maravita ajoute, « mais vous devez avoir le bon produit pour attirer les locataires dans le marché. » Poches de vieux bâtiments qui sont vides ou n’ont pas encore été rénovée existe des possibilités d’être repositionnés pour l’avenir.

Ceux qui cherchent à tirer parti, cependant, devraient se demander ce qu’ils vont faire avec la propriété pour en faire un investissement viable. « Vous devez vraiment avoir un but de ce que vous allez faire avec ces bâtiments,« M. Maravita dit, « parce que tout bien assis dans le Vieux-Montréal a des restrictions du patrimoine à ce sujet. »

Ces restrictions rendent les bâtiments très coûteux à rénover et beaucoup ont été négligés. «Souvent, les sols sont détraqué dans ces bâtiments», explique Robert Ruscio, un concepteur de détail qui a travaillé dans le domaine. « Dans un cas, nous sommes allés dans le sous-sol et a trouvé un problème avec l’une des poutres de soutien. »

Le stationnement est un autre inconvénient, M. Ruscio dit. « Il est très limitée et difficile à trouver. Les rues sont étroites et, parfois, vos clients ou employés recevront un billet. « C’est une question vitale pour ceux qui cherchent à créer ou acheter de l’espace bureau. « Il n’y a pas de parking souterrain et c’est l’inconvénient majeur de la région», fait écho à M. Maravita.

Bien que la ville reconnaît que le stationnement est un sujet de préoccupation », nous ramenant dans les rues pour les piétons», dit M. Deschamps. «Nous aimerions inviter les gens à marcher plus, prendre le métro, les bus et le système de vélo Bixi excellente location, nous avons mis au point. »

En fin de compte, la mentalité européenne du Vieux-Montréal est ce qui le rend unique, M. Ruscio dit, et il apprécie les efforts visant à tenir de cette façon. « Il n’y a aucun autre endroit en Amérique du Nord où vous pourrez découvrir le même sentiment de vieux monde en Europe», dit-il.



Laisser une réponse


Title X