LA PRESSE – McGill immobilier, spécialiste du condo neuf à Montréal

McGill Immobilier: les condos sur plan

André Dubuc, La Presse

Publié le 10 septembre 2012


Debby Doktorczyk et Patrice Groleau forment un couple en affaires comme dans la vie. Ensemble, ils ont cofondé McGill Immobilier, qui vend des unités sur plan.

Debby Doktorczyk Patrice Groleau McGill immobilier Condo Montreal

(Montréal) Il y a 1437 agences immobilières au Québec, mais il y a une seule agence McGill Immobilier, une agence-boutique qui a été la première à se spécialiser dans la mise en marché et la vente de copropriétés sur plan.

La plupart des courtiers s’activent dans la revente de propriétés déjà existantes. McGill Immobilier vend du neuf. Cet automne, elle met en vente les copropriétés de District Griffin et très prochainement celles du Nordelec. Ces deux mégaprojets sont situés au sud-ouest du centre-ville de Montréal et comptent au total plus de 3000 unités. La vente risque donc de se prolonger pendant des années.

«Vendre des copropriétés existantes et vendre des unités sur plan, c’est deux mondes différents, explique Patrice Groleau, 35 ans, un des copropriétaires de McGill Immobilier. J’estime que moins de 5% des courtiers ont la capacité de vendre sur plan. Vendre un projet livrable en trois ans, en 2D, ça peut prendre cinq rencontres d’une heure chaque fois.»

McGill Immobilier est une affaire de couple: Patrice Groleau et sa conjointe Debby Doktorczyk ont fondé l’agence en 2006. Au départ de l’aventure, par un concours de circonstances, ils ont été appelés à travailler tous les deux au bureau de vente des copropriétés M9 de la firme Développement McGill, dans la Cité du multimédia.

«On n’a jamais fait beaucoup de revente. On s’est tout de suite lancé dans la vente de projets. De fil en aiguille, le fait qu’on vendait des projets, on se faisait courtiser pour faire la même chose ailleurs. On a lancé notre bannière par la suite. On a engagé une personne, une deuxième, une troisième», se remémore Debby Doktorczyk, designer d’intérieur de formation.

Pour sa présidente, McGill Immobilier offre un avantage aux promoteurs que ne peuvent proposer les autres consultants qui interviennent en amont d’un projet. «Nos services de mise en marché sont inclus dans le mandat de vendre. On a un intérêt direct. Si le projet n’a pas de succès, on n’est pas payé», dit-elle.

La formule fait recette. Aujourd’hui, l’agence compte parmi ses clients autant les Israéliens Elad, Thibault Messier Savard, pour leur projet Castelnau sur le Parc, et Devimco.

«Dans le cas de Devimco, ils sont venus nous voir après qu’un chasseur de têtes leur a dit que nos courtiers n’accepteraient de vendre le projet District Griffin qu’à la condition que l’agence McGill Immobilier soit chargée de la commercialisation du projet», explique Patrice Groleau, non sans fierté.

Selon les statistiques publiées par l’Organisme d’autoréglementation de courtage immobilier du Québec, l’agence McGill Immobilier compte 35 agents. Ses copropriétaires disent avoir réalisé un volume de vente de 300 millions de dollars au cours des 12 derniers mois.

Une entreprise en croissance

Outre Griffintown et le Vieux-Montréal, McGill vend actuellement les copropriétés d’une vingtaine de projets à Outremont, Saint-Lambert, Lachine, Rosemont et Villeray.

Les propriétaires se montrent songent à étendre leur rayon d’action au-delà de Montréal. La région de Québec est dans leur ligne de mire.

«L’objectif n’est toutefois pas de dire que nous serons à Québec coûte que coûte d’ici un an, prévient Patrice Groleau. Ça dépendra des opportunités qui se présentent à nous.»

À Québec ou ailleurs, l’expansion prendra la forme d’une collaboration avec un partenaire local, que ce soit un promoteur ou un courtier déjà existant.

«Il y a toujours moyen de prendre de l’expansion, précise Debby Doktorczyk. On n’exclut pas d’offrir des franchises.»

http://affaires.lapresse.ca/pme/201209/10/01-4572506-mcgill-immobilier-les-condos-sur-plan.php

Condos Montréal McGill immobilier

 

 



Laisser une réponse


Title X