Entrevue Patrice Groleau & Debby Doktorczyk, McGill immobilier Condo Montreal

Buzz discute avec Patrice Groleau & Debby Doktorczyk

[ENTREVUE]

Debby Doktorczyk Patrice Groleau McGill immobilier Condo Montreal

 

Aujourd’hui, nous bourdonnons avec deux experts des ventes et de marketing de l’immobilier de Montréal, Patrice Groleau et Debby Doktorczyk de McGill Immoblier.

 

L’agence immobilière spécialisée dans la vente et le marketing du projet travaillant avec les meilleurs promoteurs qui construisent aujourd’hui à Montréal, le Saint-Dominique dans le Plateau, M9 du Vieux-Montréal et District Griffin à Griffintown.

 

Debby et Patrice disent qu’il y a un boom de condos à Montréal mais qu’il y a des différences remarquables entre le marché de Montréal et les marchés de Toronto et de Vancouver. Découvrez ce qui rend notre ville si unique ci-dessous.

 

Amusez-vous!

 

BuzzBuzzHome: Comment êtes-vous arrivés dans le secteur de l’immobilier?

 

Debby Doktorczyk: J’ai une formation en design d’intérieur. Nous avons commencé en tant que petit promoteur – en achetant des duplex, les rénovant et les remettant sur le marché. Plus nous avons fait ce travail, plus nous nous sommes intéressés à l’industrie de l’immobilier. Une chose entrainant une autre, nous avons commencé à vendre des projets. Nous avons constaté que nous étions très bons dans ce domaine. À un moment donné, nous sommes partis en vacances, et nous avons embauché quelqu’un pour travailler pendant que nous étions absents. Une personne est devenu deux et ainsi de suite. Un projet est devenu deux projets, puis trois et quatre à la fois. Notre croissance a été très rapide.

 

BBH: Sur combien de projets travaillez-vous en ce moment?

 

Patrice Groleau: Environ 20 pour le moment, ce qui est une moyenne ,en général.

 

 

BBH: Quels types de services offrez-vous aux promoteurs ?

 

DD: Vous pouvez choisir ce que vous avez besoin, mais nous offrons essentiellement un service de marketing pour nos clients. Nous les aidons à mettre en place leur « mixité » d’unités et de créer leur liste de prix. Nous rencontrons les architectes pour s’assurer que les plans soient le plus représentatifs des exigences des clients. Nous avons une équipe de ventes et sommes très sélectifs dans notre recrutement, qui est l’une de nos principales forces. Nous communiquons avec des promoteurs sur une base quotidienne et nous sommes engagés par les promoteurs. Nous vendons la qualité de notre équipe aux promoteurs.

 

Montréal est très concurrentiel. Ce n’est pas un marché où les investisseurs se précipitent. Donc nous devons travailler fort pour chaque vente que nous faisons. Le courtier que vous engagez fait vraiment la différence.

 

BBH: Qu’est-ce qui vous a attiré vers l’immobilier pour en faire une carrière?

 

DD: La carrière nous a choisie. C’était une passion dès le premier jour et c’en est toujours une. Nous ne pourrions pas travailler autant d’heures si ce n’était pas une passion.

 

 

BBH: Quelles sont les différences remarquables entre le marché immobilier de Montréal comme il était en 2010 et le marché tel qu’il est aujourd’hui ?

 

DD: Le marché des copropriétés est très nouveau. Celui-ci existe seulement depuis les 12 ou 15 dernières années. Lorsque nous avons fondé notre agence il y a 10 ans, les acheteurs de condos étaient très spécifiques; il s’agissait de jeunes professionnels qui voulaient vivre en ville. Le client cible était très limité. Maintenant tout le monde achète des condos – les retraités, les parents des enfants qui vont à l’université, des investisseurs. Le marché a considérablement évolué au cours des 10 dernières années. Il y a trois ou quatre ans, le marché était stable. Il était fort, mais il n’y avait pas beaucoup de concurrence. Mais, aujourd’hui, les condos sont très présent dans l’immobilier.

PG: Le marché n’a jamais été aussi fort qu’il est aujourd’hui, et les projets sont plus nombreux qu’auparavant. Il y a beaucoup de gens à Montréal qui se lancent dans le développement du condo. Ils voient qu’il y a de l’argent à gagner, mais ils sont surpris de voir combien l’industrie du développement est difficile.

Les banques sont très strictes sur le financement. Il n’existe aucun moyen de les contourner et ils analysent chaque vente. Ainsi, le marché de Montréal est lentement mais sûrement en hausse, et il est mieux protégé.

 

 

BBH: Donc vous ne prévoyez pas un boom de condos comme à Toronto?

 

PG: Oui, il y a un boom de condos, mais pas à la même échelle et ce n’est pas un boom induit par la spéculation. La structure financière des projets et la structure des ventes sont plus sûrs à Montréal, je pense. Nous ne voyons pas les promoteurs immobiliers construire à leurs frais. A Montréal, les promoteurs s’assurent de vendre un pourcentage élevé de condos sur plan afin d’obtenir le financement de la banque pour la construction.

 

Le marché est très compétitif à Montréal. Mais un promoteur qui travaille en partenariat avec McGill immobilier est dans une meilleure position pour que son projet voit le jour. Malheureusement pour certains, nous sommes sélectifs, nous ne pouvons accepter toutes les propositions de projets que nous recevons.

 

BBH: Quels sont les projets de Montréal qui vous intéressent le plus ?

 

PG: Nous avons beaucoup de projets dans le nouveau District Griffin. Pour les promoteurs, c’est un rêve au bord de l’eau et à proximité du centre-ville ainsi que les universités. Nous vendons plus de 50 pour cent de cette superficie. C’est un quartier en plein essor et très branché à Montréal en ce moment.

 

Jusque dans les années 1980, la construction des complexes résidentiels n’était pas autorisée dans le quartier parce qu’il s’agissait d’un voisinage entièrement industriel. Maintenant, nous prévoyons un quartier complètement neuf.

 

BBH: Avec tant de choses qui se passent en immobilier à Montréal en ce moment, est-ce l’architecture historique de la ville est mise en danger par les promoteurs?

 

DD: Nous ne sommes pas inquiets à propos de tout cela. Les autorités de la ville sont très difficiles * rires *. Si vous construisez dans le Vieux-Montréal, vous devez utiliser des vieilles pierres et des dessins afin de vous assurez qu’il ressemble à l’immeuble voisin, même si c’est un nouveau développement. Il y a quelques nouveaux endroits où il est moins difficile de construire, mais tout ce qui est plus ou moins historique ou sur une rue bien connue, il est tenu que les promoteurs respectent l’esprit du quartier.

 

BBH: Quand prévoyez-vous une hausse significative des prix à Montréal? Pourrait-il y avoir une flambée des prix?

 

PG: Nous ne prévoyons pas de flambée.

 

DD: Elle sera progressive, comme elle l’a été. Ils vont continuer à augmenter, lentement mais sûrement.

 

Merci d’avoir bourdonner avec nous et Patrice Debby!

 

http://blog.buzzbuzzhome.com/2013/01/buzz-talk-patrice-groleau-debby-doktorczyk-interview.html



Laisser une réponse


Title X