Statistiques Condominiums Canada

Les logements en condominium au Canada

Un ménage sur huit vivait dans des condominiums, situés pour la plupart dans quelques RMR

L’Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 a révélé que 1 615 485 ménages (12,1 %) vivaient (comme propriétaires ou locataires) dans des condominiums. Parmi ces ménages, 1 153 580 étaient propriétaires, tandis que 461 215 étaient locataires.

Un peu plus des trois quarts (76,8 %) des ménages vivant dans des condominiums se concentraient dans dix régions métropolitaines de recensement (RMR) (tableau 1). Les trois plus grandes RMR du Canada, soit Toronto, Vancouver et Montréal, comptaient le nombre le plus élevé de ménages vivant dans des condominiums, représentant plus de la moitié (53,5 %) des ménages canadiens vivant dans des condominiumsNote 1.

Les types de construction des condominiums variaient d’une RMR à l’autre

Les condominiums étaient constitués principalement d’appartements dans des immeubles à hauteur restreinte et dans des tours d’habitationNote 2, ainsi que de maisons en rangée. Un peu plus du tiers (36,3 %) des logements en condominium étaient des appartements situés dans des immeubles à hauteur restreinte, environ le tiers (30,9 %) étaient des appartements situés dans des tours d’habitation, tandis qu’à peu près le cinquième (22,9 %) était des maisons en rangée. Les autres types de constructionNote 3 représentaient moins du dixième (9,9 %) des logements en condominium (tableau 1).

D’une RMR à l’autre, les types de construction qui étaient des condominiums variaient. Dans les dix RMR comptant le plus grand nombre de logements en condominium (tableau 1), les appartements situés dans des tours d’habitation représentaient plus de la moitié des condominiums à Toronto (67,4 %). Les appartements situés dans des immeubles à hauteur restreinte représentaient plus de la moitié des condominiums à Québec (69,5 %), à Montréal (64,2 %), et à Victoria (53,7 %). Les maisons en rangée représentaient plus de la moitié des condominiums à London (60,0 %) et à Hamilton (55,0 %). À Vancouver, Calgary, Edmonton et Ottawa - Gatineau, aucun type de construction particulier ne représentait plus de 50 % des logements en condominium.

Proportion élevée de condominiums parmi les logements récents, mais les maisons individuelles non attenantes représentaient la plus grande proportion des logements

Les condominiums représentaient une proportion plus élevée des logements construits récemment que de ceux dont la construction remonte à plus longtemps. Dans les dix RMR comptant le plus grand nombre de condominiums, environ le tiers (34,3 %) des logements occupés construits entre 2001 et 2011 étaient des logements en condominium. Dans le cas des logements occupés construits avant 1981, moins d’un sur dix (9,4 %) était un logement en condominium (figure 1).

La proportion plus élevée de logements en condominium dans les constructions récentes était contrebalancée par la plus faible proportion de logements locatifs autres que des condominiums. Parmi les logements construits entre 2001 et 2011, environ un sur dix (10,6 %) était un logement locatif autre qu’un condominium, comparativement à quatre logements sur dix (41,2 %) construits avant 1981.

Même si les condominiums représentaient une proportion plus élevée des logements récents, les maisons individuelles non attenantes formaient la plus grande proportion du parc de logements occupés. Dans les dix RMR comptant le plus grand nombre de condominiums, les maisons individuelles non attenantes occupées par leur propriétaire (autres que les condominiums) représentaient les deux cinquièmes (39,1 %) des logements, tandis que les logements en condominium (quel qu’en soit le mode d’occupation) en représentaient moins du cinquième (18,0 %). Sans égard à la période de construction, la proportion des maisons individuelles non attenantes était relativement constante (environ 40 %) et toujours supérieure à celle des logements en condominium.

Un peu plus du quart des ménages vivant dans des logements en condominium étaient des locataires et non des propriétaires

Dans les dix RMR comptant le plus grand nombre de condominiums, les condominiums loués représentaient un peu plus du quart (26,6 % ou 0,3 million) des logements en condominium. Parmi les dix RMR, les locataires de condominiums étaient proportionnellement plus nombreux à Edmonton (35,2 %), et à Calgary (31,7 %), suivaient Québec (30,9 %) et Montréal (28,9 %). Parmi les six autres RMR, la proportion des locataires variait entre 26,8 % à Ottawa - Gatineau et 15,9 % à Hamilton (tableau 2).

Différences entre les propriétaires de condominiums et les autres propriétaires-occupants

Dans la présente section, nous présentons des données seulement pour les ménages propriétaires afin de jeter un regard sur le rôle que jouent les condominiums dans l’accession à la propriété. De plus, les données sont axées sur les dix RMR comptant le plus grand nombre de condominiums afin que les comparaisons traduisent les différences entre les propriétaires de condominiums et les autres propriétaires-occupants, plutôt que les différences entre les régions où il y a des condominiums et celles où il n’y en a pas.

Les ménages non familiaux formaient la majorité des ménages propriétaires vivant dans des condominiums

Les ménages non familiauxNote 4 représentaient la plus grande proportion des ménages propriétaires occupant un condominium, soit un peu moins de la moitié des propriétaires de condominiums (45,5 %) [figure 2]. Par comparaison, la proportion des ménages non familiaux vivant dans d’autres logements occupés par le propriétaire n’atteignait que 15,6 %.

Les ménages familiaux comptant un coupleNote 5 (avec ou sans enfants) formaient la deuxième proportion en importance (42,3 %) des ménages propriétaires de condominiums. Par ailleurs, environ les deux tiers (67,0 %) des ménages vivant dans d’autres logements occupés par le propriétaire étaient des ménages familiaux comptant un couple.

Une proportion plus élevée de jeunes ménages et de ménages âgés vivant dans des condominiums

Parmi les propriétaires de condominiums, la proportion des ménages dont le principal soutienNote 6 était âgé de moins de 35 ans était d’environ un sur cinq (19,8 %), comparativement à un sur dix (10,5 %) chez les autres propriétaires-occupants (tableau 3).

La proportion des ménages âgés, ceux dont le soutien avait 65 ans et plus, était également plus élevée chez les propriétaires de condominiums (26,1 %) que chez les autres propriétaires-occupants (20,7 %).

Les propriétaires de condominiums avaient un plus faible revenu total du ménage

Le revenu total annuel moyen du ménageNote 7 chez les propriétaires de condominiums était inférieur de plus de 33 000 $ à celui des propriétaires des autres types de logements (environ 80 000 $ par an comparativement à 113 000 $ par an) [figure 3].

Même si les propriétaires de condominiums avaient un revenu total du ménage moins élevé que celui des autres propriétaires-occupants sans égard à l’âge du principal soutien du ménage, la différence était moins marquée chez les jeunes ménages et les ménages âgés. Les propriétaires de condominiums du groupe d’âge de 35 à 64 ans avaient un revenu total annuel du ménage inférieur de 38 000 $ à celui des autres propriétaires-occupants. Chez les jeunes propriétaires de condominiums (ménages dont le principal soutien était âgé de moins de 35 ans), il était inférieur de 24 000 $. Chez les propriétaires de condominiums plus âgés (ménages dont le principal soutien avait 65 ans et plus), il était inférieur de 12 000 $.

Le revenu total moyen du ménage des propriétaires de condominiums et des autres propriétaires-occupants variait parmi les dix RMR comptant le plus grand nombre de logements en condominium. La différence la plus prononcée s’observait à Calgary, où les propriétaires de condominiums affichaient un revenu total moyen du ménage inférieur de 50 000 $ par an à celui des autres propriétaires-occupants. C’est à Montréal que la différence de revenu était la plus faible, soit de 16 000 $ par an (tableau 4).

Valeur de vente prévue moins élevée et taille plus petite pour les condominiums

La valeur moyenne du logement estimée par le propriétaire était moins élevée chez les propriétaires de condominiums que chez les autres propriétaires-occupants. Dans les dix RMR comptant le plus grand nombre de logements en condominium, le montant moyen que les propriétaires de condominiums s’attendraient à recevoir si leur logement devait être vendu s’établissait à 327 000 $, comparativement à 472 000 $ pour les autres propriétaires-occupants, soit une différence de près de 150 000 $. De plus, la taille des logements en condominium différait par rapport à celle des autres logements. En 2011, les logements en condominium occupés par le propriétaire comptaient en moyenne 4,9 pièces, comparativement à 7,6 pièces pour les autres logements occupés par le propriétaire (tableau 4).

Parmi les dix RMR, les différences observées entre les condominiums et les autres logements occupés par le propriétaire variaient quant à la valeur moyenne du logement. Dans les trois plus grandes RMR, les propriétaires de condominiums s’attendaient à recevoir 394 000 $ de moins que les autres propriétaires-occupants à Vancouver (437 000 $ comparativement à 830 000 $); environ 216 000 $ de moins à Toronto (325 000 $ comparativement à 541 000 $); environ 63 000 $ de moins à Montréal (269 000 $ comparativement à 331 000 $).

 



Laisser une réponse


Title X